Tarnac – questions en vrac

Je m’en vais une semaine à Paris et voilà que ça s’enflamme sur le Plateau, à quelques kilomètres de chez moi !

Les évènements de Tarnac ont fait coulé beaucoup d’encre, entre la presse nationale, la presse locale et les blogs. Je n’ai pas réellement d’opinions sur toute cette histoire, seulement plein de questions, que voici en vrac :

En sachant que les 5 rebelles incriminés étaient bien intégrés dans le village, qu’ils avaient repris une ferme et l’épicerie et qu’ils faisaient les repas ouvriers le midi, pourquoi fallait-il réaliser une opération de si grande envergure à Tarnac pour les arrêter ?

Cette arrestation en grande pompe le 11 novembre par des dizaines de policiers avait-elle pour but de protéger les villageois ou de faire un coup médiatique destiné à rassurer le peuple inquiet et à rappeler aux plus critiques la puissance de l’état ?

Si l’on considère que le terrorisme, c’est le fait de semer la terreur par des actions violentes pour imposer ses idées ou son pouvoir, peut-on estimer que des actions de sabotages de trains sont des actes terroristes ou alors des actes de malveillance ?

Les actions de sabotage des TGV doivent-elle êtres comparées aux attentats de l’ETA ou aux voitures brûlées lors des émeutes de banlieues ?

Dans une démocratie, le fait de posséder quelques livres subversifs, d’aller protester lors des G8 et de s’installer à la campagne pour vivre en autonomie peut-il être considéré comme un indice de terrorisme?

Les alternatifs du Plateau de Millevaches sont-ils tous fichés par les RG et le FBI ou bien seulement les néo-paysans de Tarnac ?

La mouvance anarcho-autonome existe-t-elle vraiment en sachant que les « anar' » et les « totos » ne sont pas franchement amis ?

Comment les autonomes peuvent-ils à la fois se plaindre d’être décrits avec erreur par les médias et refuser de leur parler ?

Pour changer le monde, faut-il détruire ou s’appuyer sur ce qu’il a de positif pour construire ?

Peut-on être à la fois épicier, néorural, intellectuel et chef terroriste ?

Pour finir, quelques liens intéressants sur cette affaire :

La Montagne reprend les grandes lignes d’un article publié en janvier dernier sur les épiciers de Tarnac (avant l’affaire !)

Le plateau, refuge des utopies (article de La Montagne également)

Les déboires d’une journaliste de Rue89 pour tenter d’interviewer des autonomes

Étiquettes : , ,

2 Réponses to “Tarnac – questions en vrac”

  1. Adèle Says:

    J’ai lu sur un site d’information locale (qui oubliait d’ailleurs que « suspecté » ne veut pas dire forcément « coupable ») qu’on avait retrouvé chez un des suspects des preuves très compromettantes: des barres de fer (pour peu qu’ils restauraient la maison…), des livres subversifs (!), et pire!!!: les horaires des trains!… (que l’on trouve dans toutes les gares…)

  2. Karuna Says:

    A la télé ils ont dit aussi qu’il s’occupaient d’un potager (les voyous !).
    Heureusement, la cellule anti-terroriste et le FBI sont là pour nous protéger des dangereux anarchos-autonome d’ultra-supra-gauche qui veulent fuir la crise du système capitaliste tout en vivant plus autonomes.

    Ou le nouvel épouvantail de l’occident (après les barbus).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :