De la protection de la nature… à la gestion de la biodiversité

couv2

« Ce n’est pas avec plus de technique que nous protégerons la nature mais avec plus d’éthique et de philosophie » estime Jean-Claude Génot dans son dernier ouvrage La nature malade de la gestion. Selon ce disciple de François Terrasson, nous sommes passés de la protection à la gestion de la nature, pour la façonner selon nos besoins, la contrôler et la dominer. Chargé de la protection de la nature pour le Parc Naturel Régional des Vosges, il rappelle que « la création d’une réserve sous-tend inévitablement la destruction de la nature en dehors » et évoque une « nature assistée et jardinée dans des confettis entièrement sous contrôle« . L’auteur interroge également la notion de services rendus qui prévaut aujourd’hui dans les politiques de sauvegarde de la biodiversité : « quid de la biodiversité qui n’a pas de services à monnayer ?« . Dans le même ordre d’idée, il s’inquiète du concept de d’espèces « patrimoniales » ou « remarquables » qui font aujourd’hui l’objet de plans de protection : est-ce à dire que les autres espèces ont moins de valeur ? Enfin, il regrette que toute action de protection soit liée à une action de valorisation qui consiste à aménager un site à coups de mobilier. « Les sites protégés sont marqués du sceau des 3P (poubelle, parking, panneau)« . Il défend au contraire la nature libre, sauvage, spontanée… naturelle en somme ! Un pavé dans la mare !

A lire : La nature malade de la gestion, Jean-Claude Génot, Sang de la Terre, 2008.

Étiquettes : , ,

4 Réponses to “De la protection de la nature… à la gestion de la biodiversité”

  1. yrumpala Says:

    Et dans ce sillage, le « développement durable » mérite aussi réflexion, notamment comme autre symptôme de cette logique gestionnaire : http://yannickrumpala.wordpress.com/2008/11/16/le-gouvernement-du-changement-total/

  2. Lolo Says:

    Je n’ai pas lu le livre, mais d’après la description que tu en fais, ça ressemble beaucoup à ce que disait Bernard Charbonneau dans Le Jardin de Babylone il y a… quarante ans !

  3. emmanuellemayer Says:

    A la différence près que depuis 40 ans, les lois se sont multipliées, le concept de biodiversité est apparu, bref, le contexte a beaucoup changé.
    Mais je ne doute pas que le fond de sa pensée puisse être comparable à celle de Bernard Charbonneau.

  4. Drenagoram Says:

    Auprès des Rois , Hauts Centenaires ,
    Dans La Nature , elle était Reine .
    Au pied des Chênes , l’Hors d’un Hiver ,
    Le vent chantait une vieille Balade ,
    Dans un Redoux de veines Lumières,
    J’ai pris le Temps d’une Promenade ,
    De voir les Songes venus de Mère .
    Une Arche former un Pont de Pierre ,
    Et le vieux Lierre , une robe de Jade.
    NéO~

    Voici le Lien d’un Beau Chemin.

    http://drenagoram4444.wordpress.com/2011/01/18/l-hors-dun-hiver-en-terres-de-songes/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :