Marie-Hélène Lafon, la dureté de la campagne

Marie-Hélène Lafon est écrivaine. Une de celles qui passent un temps monstrueux à choisir les mots, à refaire les phrases. Qui ne s’attache pas simplement à créer un suspense ou à inventer des situations, mais travaille en profondeur sur le texte, son vocabulaire, son rythme. Le résultat, c’est un style admirable, très personnel. De la littérature, de la vraie.

Si je vous en parle, c’est parce que Marie-Hélène Lafon vient du Cantal. Et qu’elle aime situer ses romans dans une austère maison en granit du Massif Central, chez des éleveurs taciturnes. C’est pas gai. L’univers est à 1000 lieux de néocampagne… ses récits auraient plutôt tendance à nous donner envie de fuir à toutes jambes ces campagnes pleines de non-dits et d’esprits fermés, méfiants. Et en même temps, ces gens dont il est question ont des qualités uniques dont Marie-Hélène sait témoigner. En filigrane, un monde rural quelque peu bouleversé, secoué par les mélanges de population. Comment ceux d’ici observent ceux d’ailleurs. Voici les deux ouvrages que j’ai lu -et adoré- d’elle :

Les derniers indiens : Un bijou de littérature selon moi. Mais âmes sensibles s’abstenir, le propos est dur… « Les Derniers Indiens est une histoire d’attente et de mort, un livre sur l’orgueil qui vous empêche de traverser la route et vous laisse un jour, seul derrière la vitre de la cuisine, à surveiller ceux d’en face pour tenter de comprendre la recette du bonheur. » (Christine Ferniot – Telerama n° 3031 – 16 février 2008). Lire toute la critique de Télérama

L’annonce : plus optimiste que Les derniers indiens… L’histoire d’amour entre Paul, paysan qui succède à ses oncles à la ferme, et Annette, venue du Nord avec son fils. Ils se sont trouvés par une annonce. Ils vont devoir braver les regards de travers et les avis du reste de la famille, taiseuse comme toujours. Lire l’article dans Télérama

Étiquettes : , ,

2 Réponses to “Marie-Hélène Lafon, la dureté de la campagne”

  1. Marie Dominique Says:

    Marie Hélène Lafon sera à Bourges (18000) au café du Théâtre de la Maison de la Culture le vendredi 28 mai à 14h pour une rencontre dédicace avec les lecteurs, organisée par l’association Culture et Bibliothèques Pour Tous
    contact: bibliothequepourtous18@orange.fr

  2. Emmanuelle Says:

    Merci pour cette info : ça n’est pas si fréquent de pouvoir rencontrer des auteurs ! D’autant que là, ça n’est pas uniquement une séance de dédicace, une discussion est prévue sur son œuvre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :