Archive for the ‘Une autre campagne est possible’ Category

Le ministre de l’agriculture n’y connaît rien (mais alors vraiment rien !!!)

01/03/2011

Cela fait 3 mois que je n’ai rien posté, 3 mois que je me dis que je dois le faire… parce que je ne manque pas de matière, mais de temps.

Mais là, j’interromps tout ce que je fais pour vous faire part de cette vidéo qui montre notre ministre de l’agriculture (et de l’alimentation, pêche, ruralité et aménagement du territoire) Bruno Le Maire tenter sans succès de répondre au quizz d’Ariane Massenet au Grand Journal : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=10456

C’est juste désespérant de voir qu’il n’est pas capable de reconnaitre une blonde d’Aquitaine (c’est pas quand même la race la plus rare), le cri du dindon (même moi j’ai reconnu !) ou de savoir quand on récolte les poires.

Parrainez un mouton noir !

02/12/2010

Un appel est lancé aux citoyens pour parrainer des moutons de race  Mérinos Noir du Portugal afin de financer leur implantation en France. Et oui, la laine naturellement noire a pratiquement disparu car l’industrie recherche des laines blanches que l’on peut colorer. Il reste bien la Noire du Velay, mais sa fibre grossière n’est pas adaptée à la fabrication de vêtements.

Engagée dans une démarche environnementale, la filature Fonty en Creuse recherche des laines douces, naturellement colorées, et produites à proximité pour réaliser du fil à tricoter sans teinture. Bref, des pelotes écolos. D’où la mise en place d’un projet de coopération entre la Creuse et la province de l’Alentejo au Portugal pour implanter des troupeaux de mérinos noirs !

Voilà un vrai projet de développement local et écologique. Pour parrainer son mouton, c’est ici !

Laine cardées de toutes les couleurs

Laine cardées de toutes les couleurs

Ce projet original est proposé par l’association Laine et Fibres textiles naturemmes du Massif Central (Lainamac) qui a pour objectif d’organiser une filière laine locale sur le Massif, où cohabitent des éleveurs de moutons qui ont cruellement besoin de soutien -le commerce équitable de la laine en est une forme-, des filatures (Fonty, Terrade…), des artisans qui transforment la laine en isolants écolo (L’Etoile du berger), matelas bio (Laine et cie), couettes (La Chouette Couette), sans oublier les fan de tricots, fileuses aux rouets et autres amateurs de teintures aux plantes.

A la Fête de la laine de Felletin, organisée par Lainamac

Pour en savoir plus sur la laine, du mouton au pull, je vous invite à lire le dossier que j’avais écrit pour L’Esprit Village n=°101

Remaniement : le grenelle aux oubliettes et la campagne aux agriculteurs

18/11/2010

Fini le super-ministère du développement durable (Hulot est super-énervé). NKM aura à sa charge écologie, dd, transports et logement, mais l’énergie retourne au ministère de l’économie. Zou ! Chez Largarde, sous la houlette d’…Eric Besson !!! Quant à l’aménagement du territoire, il repart à l’Agriculture, avec Bruno Le Maire, ami de la FNSEA… FNSEA qui n’est pas du tout motivée par une PAC verte (Politique agricole commune) comme le montre cet article.

Vive la champs pleins de céréales boostées aux engrais, sans la moindre haie ni la moindre mauvaise herbe !
Vive les usines pétrochimiques qui fonctionnent à plein tube et les réacteurs nucléaires vrombrissants !
Vive la campagne en production intensive, que les ruraux aillent bosser à l’usine ou dans les champs, et puissent tous quitter leurs villages pour construire leur pavillon de banlieue !

Voir la réaction de Greenpeace : Sarkozy-Fillon saison 3

Non à l’huile de palme… même bio !

12/05/2010

Voilà un bon moment que les écolos ont dénoncé l’usage de l’huile de palme. Car pour la produire, on fait des plantations de palmiers à huile (en Asie du sud-est notamment), rasant des hectares et des hectares de forêts, ce qui, au delà des conséquences en terme de carbone, décime par la même occasion les orangs-outangs et renvoient les communautés locales. Bref l’huile de palme, c’est à éviter et c’est pas simple car on en trouve dans tout : cosmétiques, agrocarburants, alimentation (les huiles ou graisses « végétales » des notices…).

On pouvait se dire que l’huile de palme bio était plus éthique… Que nenni selon l’association Minga (qui défend une économie équitable) qui, dans un communiqué, dénonce l’huile de palme bio de Colombie : « Au nom de la réduction des coûts de production, l’huile de palme, l’huile la moins chère du monde,   n’a  pas   épargné   le   petit   monde   de   la   bio,  que   ce   soit   pour l’alimentation   ou   la cosmétique. En France, cette invasion est légitimée par Ecocert qui certifie que cette huile produite dans le nord de la Colombie respecte l’environnement et les droits des paysans. Mais la réalité est tout autre.   Que   ce   soit   d’un   point   de   vue   social   ou   écologique,   les   pratiques   de   l’entreprise produisant cette huile de palme sont en tous points similaires à celles des autres planteurs de palmiers à huile de Colombie : en témoigne son implication dans la conversion radicale des terres agricoles dont cette communauté paysanne a été dépossédée, le tout avec la complicité du gouvernement colombien. »

En conclusion : autant que possible, lisons les étiquettes et évitons tout ce qui contient de l’huile de palme… Pour le moment c’est encore difficile mais ca devrait évoluer dans le bon sens : j’ai vu l’autre jour au supermarché Casino des étiquettes « Sans huile de palme » collées sur différents produits… La prise de conscience semble être enfin là, même si la « dépalmisation » de tous les produits n’est pas encore pour aujourd’hui.

Conférence organisée par Minga sur le sujet : le 14 mai à 17h30 à la maison de la jeunesse et de la culture, 4 rue mercoeur, Paris 11.

Les orangs outangs et l’huile de palme

L’huile de palme sur « mes courses pour la planète »

Méthanisation : quand on marche sur la tête

30/04/2010

La méthanisation permet de produire de l’énergie grâce au biogaz issu de la dégradation de matières organiques. C’est un procédé super écolo de production de chaleur, et même d’électricité grâce à une cogénératrice. Pour le moment, cela reste coûteux de s’équiper mais quelques exploitations agricoles sautent le pas, comme le Gaec de la Salle en Creuse. C’est bien-sûr dans les fermes que ce type d’installation a toute son utilité car elles produisent beaucoup de déchets organiques (fumier…).

Mais comme pour les agrocarburants, on se retrouve à marcher sur la tête : une usine de méthanisation, Abiodis, va s’implanter à Guéret pour produire de l’énergie. Sauf que la matière première sera… des céréales produites exprès pour elle sur 300 ha de terres agricoles rachetées pour l’occasion. On s’apprête donc à produire de la nourriture pour la transformer immédiatement en énergie. Flippant !

Pour protester contre ce projet, la Confédération Paysanne du Limousin, le Gablim (agriculteurs bio), la FRCivam et l’Ardear appelle à un pique-nique citoyen le 2 mai à St Pierre de Fursac (où se situent une partie des terres en question).

Plus d’infos : http://www.confederation-paysanne-limousin.org/

Limousin terre de gauche old school

17/03/2010

Avec 38% des voix, le PS a tout raflé et j’avoue que je n’en reviens pas. Non que je sois particulièrement critique sur le travail de l’équipe sortante. Au contraire, pour écrire régulièrement  dans le journal du conseil régional, je suis aux premières loges pour constater tout ce que la région a fait de bien, à commencer par la politique d’accueil de nouveaux habitants (mon dada), le haut-débit ou encore l’économie sociale et solidaire.

Mais ce qui me fait halluciner, c’est qu’autant de personnes aient donné leur voix à un parti qui, au niveau national, me semblait mourant, en tout cas très bancal. Est-ce parce que nous sommes la région la plus âgée (et on peut imaginer que les vieux ne changent plus trop leurs habitudes) ?

Avec 13,3% la liste Terre de Gauche a battu Europe Ecologie (9,73%), à mon grand regret…A mon grand regret car, même avec du vert dedans (la liste rassemble Parti de gauche, PCF, mais aussi NPA, Alternatifs, Décroissants…), cela reste un projet de société peu innovant,assez old school pour une liste avec tant de jeunes. Une société pas franchement libertaire, dominée par la puissance publique, qui voit le monde divisé entre les patrons (méchants) et les salariés (exploités), entre le public (bien) et le privé (mal). Pas un mot sur la création d’activités (beurk des patrons et du privé) mais de l’emploi, bien stable et bien sérieux, sans flexibilité ni annualisation, et surtout public (création de milliers de postes). Sur l’écologie, de bonnes mesures mais rien de vraiment révolutionnaire. Idem sur les transports où, à part la gratuité (à terme) du TER, on reste dans une société du tout voiture.

Je suis peut-être un peu dure mais à la lecture du programme, je sens un fossé entre cette société qui nous est proposée et toutes les initiatives qui existent ici sur le plateau, des initiatives alternatives, parfois informelles, en tout cas privées : apéros de réseau pour se rencontrer et accueillir les nouveaux arrivants, groupement d’achat « Gaïa » pour éviter le supermarché et se fournir en bio de manière autonome, SCI forte de 70 membres pour pouvoir acheter un bâtiment et y implanter la ressourcerie Le Monde Allant Vers, SCIC en cours de création pour favoriser le logement et l’écohabitat sur le plateau de Millevaches, etc. etc. Des initiatives soutenues parfois par les collectivités et qui doivent l’être, sans pour autant que celles-ci ne se substituent à cette force vive et à ces élans citoyens indépendants.

Je salue toutefois la volonté d’une agriculture paysanne locale, pour une autonomie alimentaire de la région, et la revendication d’une diminution du temps de travail. Et surtout, je me réjouis de voir les gens de partis et sensibilités différentes (communistes et décroissants) se rassembler autour d’un même projet. La preuve que c’est possible et que ça marche !

Ce qui est ennuyeux, en revanche, c’est de se retrouver avec une triangulaire PS-UMP-Terre de gauche au 2e tour. Et oui, Terre de gauche est contraint de faire bande à part car… « nous étions sur le point de parvenir à un accord lundi [avec le PS] lorsque la fédération de la Haute-Vienne du PS a déclaré refuser toute présence de candidats NPA sur la liste Haute-Vienne et a interrompu, unilatéralement les discussions » est-il expliqué sur leur site.

Pesticides : enfin des bonnes nouvelles !

26/02/2010

La première bonne nouvelle, c’est que le MDGRF a gagné le procès qui l’opposait à la Fédération nationale des producteurs de raisin de table.

Petit récap :

Le MDGRF, c’est le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures, une association engagée dans la lutte contre les pesticides.

La Fédé des producteurs de raisin a assigné en justice le MDGRF pour dénigrement du raisin de table suite à la publication d’une étude qui analyse les résidus de pesticides dans des raisins de table vendus dans des supermarchés réalisées en novembre 2008
avec quatre autres associations européennes. Analyses qui montrait, bien évidemment, la contamination dudit raisin. La Fédé demandait rien de moins que 500 000 € à l’asso.

Le procès s’est tenu le 6 janvier au TGI de Paris. Côté MDGRF, la plaidoirie était assurée par Me Alexandre Faro et Me Corinne Lepage. Lire l’article très intéressant de Rue89 sur ce procès.

Le verdict (tel qu’il est expliqué dans le communiqué de presse du MDGRF), rendu le 10 février dernier :
Le TGI reconnait que le MDRGF s’est exprimé dans le cadre de son objet social d’intérêt général, et n’a aucunement abusé de façon fautive de sa liberté d’expression en publiant les résultats d’analyses montrant la présence de résidus de pesticides dans des raisins vendus dans les supermarchés (…) En outre, ce jugement reconnait notre droit à parler de « pesticides et de contamination » pour parler des résidus présents dans les raisins analysés. En conséquence de quoi le tribunal a rejeté les demandes en dommages et intérêts de la FNPRT. De plus, le jugement reconnait que en attentant cette action, la FNPRT a abusé de son droit d’agir en justice (…). En conséquence de quoi le juge décide que la FNPRT devra verser au MDRGF 1€ au titre de dommages et intérêts pour procédure abusive, ce qui est une décision assez rare dans ce type de procès. Enfin, la FNPRT a été condamnée à payer au MDRGF la somme de 2000€ au titre des frais engagés pour sa défense.

La 2e bonne nouvelle, c’est que quelques jours avant, le 29 janvier, une autre décision de justice contre les pesticides a été rendue, celle de la Cour d’appel de Bordeaux, qui a reconnu comme maladie professionnelle l’intoxication d’un agriculteur à un désherbant Monsanto. Comme on peut le lire dans l’article de La Vie paru mardi dernier  « Pesticides, l’omerta se fissure », pour Pour François Lafforgue, l’avocat du paysan Paul François, « c’est la première fois en France qu’une cour d’appel établit un lien direct entre un produit phytosanitaire bien déterminé et des troubles de la santé. Cela peut faire jurisprudence« .

En attendant la disparation des pesticides, la meilleure arme contre Monsanto reste de manger bio !

Et si on vivait vraiment local ?

21/02/2010

Les producteurs locaux, ça n’est pas seulement la nourriture !

Voici donc quelques contacts d’artisans limousins qui fabriquent des choses utiles pour notre quotidien : poteries, canapé, meuble de cuisine, panier de rangement, fringues… Où l’on découvre que l’on peut vivre presque 100% local !

Matelas, oreillers et couettes en laine locale

Laine et Compagnie, l’entreprise de Jean-Philippe Rouanne, matelassier engagé (il s’est d’ailleurs associé avec Alain Dupasquier cité plus haut pour faire une méridienne superbe)
La chouette couette : couettes et oreillers en laine locale

Ustensiles de cuisine, pieds de lampes et autres objets en bois locaux

Yann Marot, tourneur sur bois à Azérables en Creuse

J’ai parlé de lui, de sa compagne, qui fait du pain bio, et de leur mode de vie dans un article de L’Esprit Village.

Vaisselle et poteries céramique

Anne Elise Maine, dans le bourg de Chavanat (05 55 67 74 69)
La Poterie Dequeker, qui se veut accessible à tous comme les potiers de village d’antan et propose une gamme d’utilitaire rustique dans les bleus et verts à base de matériaux 100% locaux.

Vous pouvez découvrir ici l’article que j’ai écrit sur la poterie Dequeker dans le guide touristique Balado Limousin.

Couteaux

Coutellerie Nuage, par Alex Dubois en Creuse.

Vêtements

Chéri bibi : des chapeaux haut de gamme pour la haute-couture mais aussi pour les particuliers avec une ligne dédiée, pour cette entreprise originale installée à Combressol en Corrèze.
Provaches
: t shirts fermiers made in Corrèze dont j’ai déjà parlé sur ce blog. locaux mais dessin local, et rigolo)
Élevage Couturier
: des pulls tricotés en laine produite sur la ferme, par des brebis élevées en bio. Du super local écolo !

Voir l’article que j’ai rédigé sur l’élevage Couturier dans le guide touristique Balado Limousin

Corbeilles, paniers

Isabelle, une copine vannière à St Martin Château (izapatapoum[at]no-log.org)
et bien d’autres dont je n’ai pas les coordonnées…

Cosmétiques

Le Domaine biologique de Bressol : Quand le chimiste bio Hervé Mounaud reprend la ferme parentale pour y produite des cosmétos…
La Ferme des abeilles : Apicultrice, Hélène propose aussi crème nourrissante, gel douche, savon et shampoing à base du miel et des plantes cultivés sur la ferme. Délicieux.

Mobilier en bois locaux et bois de récup’

Ambiance Bois : Cette Scop de Faux la Montagne propose, outre du parquet et du lambris, des sommiers en mélèze et douglas duplateau de Millevaches. Un excellent investissement, pour lequel personnellement j’ai craqué.
Diadélos
: installée à Felletin, diadelos vient de lancer sa nouvelle collection de mobilier ultra-contemporain mais aussi carrément écolo dans la démarche.

J’ai fait son portrait dans D’ECO de mars-avril, tout juste sorti dans le kiosques

Mobilier en châtaignier local

Une production traditionnelle revisitée sous l’angle design !

Alain Dupasquier : des création contemporaines très nature
Lou Fagotin
, alias Lucien Cassat : un style assez rustique
Enkidoo
: Cyril Delage fabrique sous cette marque des objets et meubles dessinés par des grands noms du design comme matali crasset ou les 5.5 designers. Pas de vente directe mais on le trouve à Limoges chez Cubic (et dans plein de boutiques en France).
Atouts Bois : spécialisé dans le mobilier et les aménagements d’extérieurs
Pascal Raffier Vannerie : Il fabrique le traditionnel fauteuil limousin

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à acheter le dernier numéro d’Habitat Naturel (janvier-février), dans lequel j’ai fait un dossier de 5 pages sur ces artisans et leurs créations.

N’hésitez pas à compléter la liste dans vos commentaires !

Ruraux de tous les pays…

10/02/2010

Tandis qu’en France, Sarkozy tente de jouer les défenseurs des territoires ruraux à coup d’idées aussi fondamentales que la présence des distributeurs de billets dans les villages (ceux où il n’y a plus rien à acheter ?), en Inde, les Dongria Kondh, une tribu de l’Etat d’Orissa, essaient de sauver sa montagne sacrée et par là même sa peau, des bulldozers d’une grosse firme qui veut y exploiter l’aluminium du sous-sol. Ca vous rappelle le scénario d’Avatar ? A eux aussi ! C’est pourquoi ils ont tourné un film et lancé un appel à James Cameron en personne. Ils ont le soutien de Survival, ONG qui travaille pour les peuples indigènes.

Source : Youphil

Haïti, point de comparaison

27/01/2010

112 226 personnes : c’est le nombre de morts victimes du séisme en Haïti selon le dernier bilan officiel.

C’est presque autant que l’ensemble de la population du département de la Creuse…

Les autorités sanitaires n’hésitent pas à parler de 150 000 morts.

150 000, c’est la population du Cantal. Ou celle de villes comme Grenoble, Angers.

Ça donne une idée du désastre.


%d blogueurs aiment cette page :